Législatives : Les abstentionnistes, premier parti de France

Le 18 juin dernier, les Français ont été appelé à voter pour le deuxième tour des législatives. Si la République en marche et le Modem l’emportent avec 350 sièges, le recors historique d’abstention évalué à 57,4% vient relativiser cette victoire. Le désintérêt politique aurait-il atteint son apogée ? 

Résultats des législatives : les jeunes sont inquiets

Le deuxième tour des législatives a révélé la nouvelle Assemblée nationale renouvelée à 75%, du jamais vu. Beaucoup de femmes, de jeunes et des personnes de la société civile. 350 sièges pour la République en marche et le MoDem, 130 sièges pour les Républicains dont 17 pour l’UDI qui sauvent les meubles et s’imposent comme la principale opposition. Cela n’est pas le cas pour le Parti socialiste qui multiplie les échecs depuis le début de l’année. Ils totaliseraient avec les radicaux 33 sièges, soit 251 de moins qu’auparavant. La France Insoumise et le PCF obtiennent toutefois 27 sièges s’imposant de plus en plus sur la scène politique. Quant au Front national et aux autres partis, ils disposeraient respectivement de 8 sièges. Les Français voulaient du renouveau. Cependant ce paysage politique ne leur convient toujours pas.

Ce ne sont pas les seuls chiffres que nous devons prendre en compte. Ajouté au taux d’abstention très élevé, près de 2 millions de votes blancs ou nuls ont été comptabilisés. Lorsqu’on interroge les jeunes de notre époque, beaucoup apparaissent désillusionnés. Certains d’entre eux s’intéressent pourtant à la politique depuis leur plus jeune âge. Estelle, 21 ans, était adhérente à la Nouvelle Donne en 2015. Si elle n’avait pas été aussi déçue des résultats des dernières élections, elle se serait probablement réengagée.

« Mais l’inaction, la corruption, le manque de changement m’ont vite découragée » confie t-elle.

Comme François, elle ne s’est pas rendue aux urnes dimanche dernier. Le paysage de la nouvelle Assemblée nationale pressenti au premier tour ne leur a pas donné envie de ré exercer leur droit de vote.

« Le choix qui m’a été proposé ne correspond pas à mes convictions personnelles, avoir un parti unique à l’Assemblée, sensée réguler les pouvoirs du gouvernement, c’est tout de même une grosse blague… »

ajoute le jeune homme de 23 ans, spécialisé dans le marketing. Léo, 20 ans, aide son père depuis quelques temps, membre du Parti Socialiste. Pour les législatives, il a été amené à distribuer des tracts afin de faire entendre leur voix.

Qu’attendait-il de ces élections ?

« Un rééquilibrage » du pouvoir. Mobilisé, il n’a pas tourné le dos au deuxième tour malgré les résultats du 11 juin qui ne lui convenaient pas. Toutefois, seul un vote blanc pour « faire barrage au Front national » lui semblait envisageable. Même combat pour Amélie, élève de Science Po Lille entamant sa troisième année et déposant son premier bulletin blanc. La jeune fille, très impliquée dans la politique au quotidien, avait pourtant voté pour Emmanuel Macron lors des élections présidentielles. Elle ajoute toutefois pour expliquer son choix :

« J’ai voté pour un homme et non pour un groupe parlementaire. En tant qu’électrice, j’attends que cet homme fasse ses preuves avant de voter aveuglément pour un mouvement que, malheureusement, j’estime connaître trop mal. Voila le problème, j’ai l’impression que ce scrutin s’est joué au bénéfice de l’étiquette. Qui sont-ils ? Nous n’en savons rien. »

Sur les quatre personnes interrogées, aucune d’entre elles n’est confiante face aux mesures annoncées par Emmanuel Macron, la loi travail en premier lieu. Quand Estelle craint que rien ne change par rapport au mandat de François Hollande, au cours duquel le nouveau président a beaucoup fait parler de lui, Léo espère sincèrement qu’une

« certaine liberté soit maintenue pour que les députés puissent voter en fonction de leur véritable avis et non pas selon le parti émettant la proposition. » « L’abstention record ne semble pas inquiéter les concernés, ce qui prouve en quelque sorte que le vote français ne sert plus à grand chose. » Estelle.

Le taux d’abstention : un tremplin pour la République en marche ?

C’était à prévoir, la République en marche obtient la majorité absolue à l’Assemblée nationale avec l’élection de 350 députés. Toutefois, ces résultats apparaissent moins spectaculaires que le président le faisait entendre pendant toute la campagne. Souvenez vous, Emmanuel Macron assurait la formation de 400 sièges il y a encore quelques jours devant les médias. Aujourd’hui, sans son alliance avec le MoDem, le République en marche ne représenterait que 308 sièges. Le parti ne peut pas non plus s’estimer soutenu par les Français lorsque 57,4% d’entre eux ne se sont pas rendus aux urnes dimanche 18 juin. Serions-nous en train d’observer le même processus que celui des élections présidentielles ? Depuis son arrivée sur la scène politique, le parti connaît une ascension fulgurante. Pourtant, la Ve République n’a jamais vu de tels recors d’abstention. Le gouvernement d’Emmanuel Macron est en marche mais n’entraîne avec lui qu’une partie des Français…

« Les gens voulaient plus de proximité en votant LRM, ce que je comprends et même salue, mais je commence à avoir peur que le soufflet commence à retomber doucement… En vérité, même si je suis plutôt à gauche, quand j’entends le mécontentement ambiant autour de moi, j’espère juste que LRM ne disparaisse pas aussi vite qu’est apparu Emmanuel Macron. » Amélie. 

Ainsi, les ministres de l’organisation d’Edouard Philippe ont été élus. La ministre des outre-mer, Annick Girardin, a été réélue à Saint-Pierre-et-Miquelon, Bruno Le Maire, ministre de l’économie dans la 1ere circonscription de l’Eure, Christophe Castaner, ministre chargé des relations avec le Parlement dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence et Richard Ferrand, ministre de la cohésion des territoires, maintient son siège dans la 6e circonscription du Finistère. A Paris, on retrouve également le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi dans la 16e circonscription et Marielle de Sarnez, ministre des affaires européennes, dans la 11e. Richard Ferrand, actuellement ministre de la cohésion des territoires, doit quant à lui, démissionner pour briguer la présidence du groupe LRM à l’Assemblée nationale.

 

Qui dit nouvelle Assemblée, dit nouveau cabinet !

En raison de l’élection de six ministres de la République en marche, Edouard Philippe a la mission de former un nouveau gouvernement. Celui-ci comprend principalement 19 membres, dont trois ministres d’Etat. D’autres fonctions sont attribuées à Richard Ferrand et Marielle de Sarnez tandis que François Bayrou et Sylvie Goulard ont démissionné en raison de l’affaire touchant les assistants parlementaires des eurodéputés MoDem.

Ministres d’Etat : 

  • Ministre de l’Intérieur : Gérard Collomb
  • Ministre de la Transition écologique et solidaire : Nicolas Hulot
  • Garde des Sceaux, ministre de la Justice : Nicole Belloubet

Ministres : 

  • Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : Jean-Yves Le Drian
  • Ministre des Armées : Florence Parly
  • Ministre de la Cohésion des territoires : Jacques Mézard
  • Ministre de l’Economie et des Finances : Bruno Le Maire
  • Ministre de la Culture : François Nyssen
  • Ministre du Travail : Muriel Pénicaud
  • Ministre de l’Education nationale : Jean-Michel Blanquer
  • Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation : Stéphane Travert
  • Ministre de l’Action et des Comptes publics : Gérald Darmanin
  • Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : Frédérique Vidal
  • Ministre des Outre-mer : Annick Girardin
  • Ministre des Sports : Laura Flessel

Secrétaires d’Etat

  • Secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement : Christophe Castaner
  • Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes : Marlène Schiappa
  • Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées : Sophie Cluzel
  • Secrétaire d’Etat chargé du Numérique : Mounir Mahjoubi

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s