Africargentique

1

Les photographes occidentaux ont longtemps représenté une Afrique fantasmée. Avec l’expansion de la pratique sur le continent, les artistes s’expriment désormais à leur façon. Capturer les émotions et les expériences est devenu leur leitmotiv.

L’Afrique émerge et s’illumine. Un nouveau regard porté vers des artistes aux chroniques splendides qui tentent d’oublier les maux les plus tragiques. L’Afrique aime les histoires, la photographie est un moyen de les raconter. Peu à peu, la pratique s’ouvre à d’autres milieux sociaux et attire désormais la jeune génération.

« La plupart des gens voient la photographie africaine comme quelque chose d’exotique. Mais les réseaux sociaux, Instagram en particulier,  permettent à de nombreux africains d’illustrer leurs expériences. » explique Yannis Guibinga, jeune photographe gabonais.

C’est ainsi que surgissent dans des quartiers populaires tels que Makoko à Lagos (Nigeria) des rencontres et des workshops. Ce nouveau langage visuel, impulsé par le mouvement de la néo-négritude ne profite plus seulement aux hommes des classes privilégiées.

2

La photographie africaine contemporaine : origines et déplacements

La photographie africaine existe depuis que les colons et missionnaires l’ont installé sur le continent. A l’origine, elle s’articule autour de cartes postales dont le ghanéen Akhurste est l’éminent représentant, distillant ça et là des clichés de femmes de la bourgeoisie locale. En 1993, la consécration internationale du photographe malien Seydou Keita intègre l’art africain dans la psyché occidentale.

Il est bien difficile de présenter les spécificités de cet art tant l’essentialisme et le racisme guettent toute proposition.

« L’intérêt pour l’art africain n’est pas toujours authentique. Considérer cet art sans prendre en compte la diversité de sa culture et de son expérience est un problème ».

Si l’esclavage et le colonialisme étaient les figures de proue de la photographie africaine, la jeune génération tente de rompre avec ces thèmes. Sans nier ses stigmates, la photographie africaine contemporaine refuse toute forme de voyeurisme. La vision du réel et de la communauté s’oriente vers une dimension bien plus subjective à l’image des travaux de Mamadou Konaté, photographe malien dont l’exploration du quotidien fait office de référence. Finalement, la photographie artisanale est devenue une photographie artistique, culte de la perfection. C’est une rupture du lien social qui existait entre les artistes et leur histoire au profit d’une photographie de performance.

3

Force du medium et revendications esthétiques

Face à la pression des régimes politique, la liberté d’expression agit désormais comme un porte étendard. Lagos, Accra, Freetown, Johannesburg, l’Afrique veut consommer sa propre culture, valoriser ses créations. Aujourd’hui, ce medium est une façon de consolider la démocratie sur le continent mais aussi une forme de revendication identitaire. Les nouvelles technologies facilitent l’accès aux capitales créatives, émulsion liée au récent dynamisme économique des métropoles africaines. D’Abidjan à Nairobi, les galeries se multiplient. Au-devant de la scène: des populations sous-représentées, des pratiques et des cultures passées sous silence. Azu Nwagbogu, fondateur, entre autres, du Lagos Photo Festival estime que la photographie peut « parfois décontenancer des regards occidentaux » et faire surgir des « images encore inimaginables ». Elle est maintenant considérée comme un moyen et comme une fin.

« C’est une photographie innovante, clairvoyante, engagée. Les photographes africains sont conscients de la manière dont leur continent est considéré par le reste du monde et veulent changer cette perception. »  précise Yannis Guinbinga.

4

De l’œuvre d’art à la photo de mode

Les photographes occidentaux abordent souvent l’Afrique soit par le reportage, soit par biais esthétisant -avec des clichés qui magnifient les paysages et les ethnies sur du papier glacé.

« Si – comme l’écrit la journaliste noire-américaine Jenna Wortham – l’Afrique a souvent été définie du dehors , notamment par le biais de mythes et de clichés, la photographie africaine offre une vision plurielle de l’Afrique et surtout, depuis l’intérieur. »

C’est le cas de la photographie de mode qui révèle des clichés loin de l’exotisme occidental, elle puise son  inspiration dans les rues. L’importance du code vestimentaire joue alors un rôle crucial dans la construction d’une identité. En Afrique sub-saharienne, l’ascension de la photographie va de pair avec l’émergence d’une jeunesse urbaine de classe moyenne, fortement influencée par les élites londoniennes et new-yorkaises. Le street-look, développé sur les réseaux sociaux a été un des premiers moyens d’expression – pour le photographe comme pour le photographié. A Dakar se développent chaque année de nombreuses expositions collectives et conférences sur la photographie, comme à l’Goethe Institut Dakar, ou à la Raw Material Company. Dans la lignée de Seydou Keïta, Omar Victor Diop met en scène une Afrique pop, baignée de couleurs vives et allègrement photographiée dans les rues de Dakar. Blogueurs et créateurs sont ses modèles favoris. Impossible de parler des liens qui unissent la photographie et la mode sans évoquer la SAPE (société des ambiançeurs et des personnes élégantes). Née au Congo Brazzaville, elle désigne un courant vestimentaire qui passe par des tenues élégantes, bigarrées et extravagantes, mais qui revendique surtout un mode d’expression. Dans son ouvrage Les Rois de la Sape Baudouin Mouanda, immortalise une Afrique rieuse et festive dans les rues de Brazzaville. 

« La mode fait partie du monde de la photographie. » explique Yannis Guibinga.

Comme un coup d’œil poétique sur une génération, les photographies constituent un ensemble documentaire d’une grande valeur. Forte d’un héritage pluriel, l’ex afrique fantasmée par les photos capture les émotions et les expériences. C’est un nouveau regard sur l’africargentique.

Tous nos remerciements à Elodie Schwartz et Camille Poirier.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s