Quand l’écrivain se fait voyant

Capture d_écran 2017-05-28 à 12.49.20

En 1985, Marguerite Duras, figure avant-gardiste de la littérature française, prédisait notre millénaire.      

La romancière était invitée sur Antenne 2 (ancien nom de France 2) pour répondre aux questions du journaliste Michel Drucker. Lorsque ce dernier la questionne sur la place des réponses en l’an 2000, elle répond que : « Il n’y aura plus que ça, la demande sera telle… il n’y aura plus que des réponses ». Marguerite Duras avait une vision juste sur notre temps, « Je crois que l’homme sera littéralement noyé dans l’information […] C’est pas loin du cauchemar. » Elle prévoyait l’omniprésence des écrans dans les habitations, dans les bureaux, les rues, le quotidien. Les gens ne prendront plus le temps de voyager, c’est-à-dire de « voir et vivre en même temps », car « tout sera bouché. Tout sera investi. » Néanmoins, elle reste optimiste et offre une lueur d’espoir à cette situation en disant que :

« Il restera la mer quand même. Les océans. Et puis la lecture. »

« Marguerite Duras à propos de l’an 2000 », 25/09/1985, Source INA

Lorsque tout est investi, il reste la poésie

Face à un envahissement de l’information, Marguerite Duras encourage à s’en échapper en prenant la mer. Elle encourage également la lecture. Lire est proche de la définition de vivre. Par les mots, les écrivains retranscrivent des émotions, des sensations propres à la vie réelle, propres à l’existence même. Par la liberté, l’infini et le mystère qu’elle offre, la mer est devenue un thème récurrent dans la littérature : un topos. Que ce soit le voyage, le fleuve, l’océan ou la mer, ce sont des topos de la poésie. Ce genre est d’autant plus favorable à ces thèmes, puisqu’il essaie de créer un monde et de transporter le lecteur. Cet effet est accentué par une forme de lyrisme, exaltation des sentiments, et d’esthétisme. Or aujourd’hui, la poésie contemporaine est assez confidentielle; lue dans des cercles restreints de poètes, de lecteurs, et ainsi, peu connue du grand public. La forme poétique la plus abordable reste la chanson. En effet, comme la poésie, la chanson possède un rythme, une musicalité, une sonorité. Certaines chansons ont une portée poétique. Pour mieux comprendre, la rédaction vous propose une playlist de ces chansons poétiques, abordant le thème marin.

DANI TERREUR – Fleuve

« Je me laisse porter par le courant »

846329230

Dani terreur est un jeune artiste français. Grandissant dans une famille de musiciens, il décide, comme par évidence, de le devenir à son tour. Egalement grand lecteur et cinéphile, il travaille son écriture en l’agrémentant de « mots crus », violents, qui contrastent avec des mots banals. Les thèmes qu’il aborde touchent le voyage, les grands espaces, l’amour.

Fleuve est une chanson pop-électro, rythmée par des percussions et des bruits lasers. Quant au texte, il illustre un voyage sous-marin, à la rencontre d’une sirène. Dernier titre de l’EP (Extended Play, correspondant à un album court) Gri-gri, le titre est le plus joyeux, le plus lumineux.

BEAU – Oceans

« The light was breaking through our veils »

artist_75514   

Heather et Emma, sont deux new-yorkaises formant le groupe Beau. Toutes deux très créatives, elles ont touché à l’Art très tôt par l’écriture, la musique ou encore la comédie. Beau est une nouvelle rencontre entre ces deux jeunes femmes. Leur musique est assez épurée, on retrouve le plus souvent une simple voix accompagnée d’une guitare et d’une batterie.

Oceans est une ballade folk retraçant l’histoire d’un naufrage. La lumière et la mer forme un tout dangereux. La lumière est aveuglante, omniprésente, et la mer, violente, les vagues engloutissent le bateau et les personnages du texte.

RADIO ELVIS – Le continent

« Vague après vague »                

radio-elvis-1

Récompensé il y a quelque temps par la Victoire de l’Album Révélation de l’Année, Radio Elvis est un groupe de rock indépendant. Largement inspiré par la littérature en citant John Fante, St Exupéry, Albert Camus, Jack London ou Pierre Loti. Le groupe a également une inspiration cinématographique. En effet, marqués par les films de Werner Herzog, le précurseur du nouveau cinéma allemand, certains titres de Radio Elvis y font échos.

Le morceau Le Continent, ne déroge pas à cette influence, il titre son origine du film Aguirre, la colère de Dieu. Véritable récit d’un quart d’heure, comprenant le titre « Au Large du Brésil », Le Continent illustre l’affirmation du groupe créée il y a bientôt trois ans. Le début est calme, paisible, mais les rythmes tanguent, s’enchaînent et ne tardent pas à devenir frénétiques. La mer est une conquête, dans laquelle se mêle l’ardeur du pouvoir et de la mort. Mais, un moment est plus doux, comme une respiration.

Radio Elvis forme une atmosphère dans leurs chansons et dans leurs textes. Le symbolisme du voyage est récurrent dans le travail du groupe, qui explique y trouver une quête spirituelle.                                                                           

2 réflexions sur “Quand l’écrivain se fait voyant

  1. Article très intéressant, bien redigé et surtout fluide et agréable à lire ! J’ai appris de nouvelles choses et découvert un certain style de musique très différent de ce que j’ai l’habitude d’écouter. J’aime beaucoup la philosophie de vie de cette belle femme qu’est Marguerite Duras . Merci en tous cas pour ce post 😊

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s