Cash Investigation lève le voile sur les affaires qui secouent l’Eglise catholique

Le 21 mars dernier, l’équipe de Cash Investigation a sorti un reportage poignant sur les déviances de l’Eglise catholique. L’équipe d’Elise Lucet, aidée de Médiapart, a mis en mots des silences douloureux. De Lyon à Rome, en passant par la Guinée, les États-Unis ou encore l’Argentine, Martin Boudot est parti sur les traces de prêtres accusés ou déjà condamnés, à la rencontre directe de leurs supérieurs afin de recueillir leur témoignage.

L’omerta

De tels scandales ne sont pas les bienvenus dans la maison de Dieu. Pourtant, bien souvent, le silence s’installe autour de ces prêtres, concernés par des agressions sexuelles sur mineurs. Et pour cause, certains évêques, souhaitant protéger leurs confrères devant la justice, ne relaient pas les actes de pédophilie commis à la police. Vingt-cinq évêques sont concernés par ce genre d’affaires, dont cinq toujours en poste. C’est le cas du cardinal de Lyon, l’un des plus hauts responsables du clergé français, le cardinal Barbarin. Ce dernier a protégé le prêtre Preynat, accusé d’avoir abusé sexuellement plusieurs scouts de moins de 15 ans, entre 1980 et 1990. Son procès est en cours depuis le 16 février 2017. Monseigneur Barbarin a tout de même demandé pardon à ses fidèles, lors d’une messe célébrée le 18 novembre 2016.

2048x1536-fit_archeveque-lyon-philippe-barbarin-assure-jamais-couvert-actes-pedophilie-eglise
 

Le cardinal de Lyon, Monseigneur Barbarin

 

« Nous avons un devoir de charité par rapport à un frère prêtre. Il faut lui donner une chance de se repentir et de faire amende honorable« , se confie un témoin, qui a souhaité rester anonyme, afin d’expliquer son choix de protéger l’un de ses confrères.

En revanche, d’autres, condamnent fermement ces actes, qu’ils jugent abominables, et accordent tout leur soutien aux victimes. Ils souhaitent que l’Eglise soit un lieu sûr mais aussi un lieu sein où personne ne doit transgresser la loi des hommes. C’est notamment le cas d’un ancien prêtre américain, Patrick Wall, qui a préféré abandonner son poste de prêtre, à la suite de plusieurs dérapages de la part de ses confrères. Il décide alors de se désengager de ses ordres, pour pouvoir aider les victimes.

Un voyage forcé

Chaque prêtre ayant commis une agression sexuelle, et si le cardinal où la justice l’apprend, se voit exfiltré du pays pour en rejoindre un autre. Le but étant de donner au prêtre un second souffle et lui éviter d’être mis derrière les barreaux. Patrick Wall nomme ce système « la solution géographique« .

Le cas du père Albert illustre cette pratique courante. Lorsque l’un de ses jeunes croyants dénonce des sévices sexuels, endurés pendant plus de six ans, le père Albert est déplacé de Guinée au Puy-en-Velay, en Haute Loire, pour ne pas avoir à répondre de ses actes devant la justice comme le montre le reportage.

Selon Elise Lucet et son équipe, quatre-vingt-quinze clercs auraient été mutés depuis 1990 à l’échelle mondiale, pour lesquels 802 victimes ont été recensées. Cash Investigation a ainsi pu mettre au point une carte recensant l’ensemble des exfiltrations internationales des prêtres.  

Des associations de victimes émergent

Plusieurs associations ont été mises en place par les victimes de viol, dont les deux plus influentes sont La Parole Libérée et le SNAP (Survivors Network of those abused by Priests, que l’on pourrait traduire en français par « Le réseau des survivants abusés par des prêtres »).

La Parole Libérée a été créée en 2015 par soixante-douze personnes, victimes du père Preynat, ainsi que leur famille. Cette association agit essentiellement en France métropolitaine. A l’inverse, le SNAP, plus ancien, voit le jour en 1989 aux Etats-Unis et regroupe des individus du monde entier.
Ces deux groupes donnent la parole aux victimes qui ont été grièvement blessés, moralement mais aussi physiquement, par leurs agresseurs sexuels et les accompagnent d’un soutien psychologique.

Néanmoins, le SNAP élargit davantage son champ d’action que la Parole Libérée et souhaite non seulement faire entendre les victimes mais aussi pointer du doigt l’inaction de l’Eglise. Pour se faire, l’association a établi une liste exhaustive des prêtres accusés d’abus sexuels sur mineur, et cela dans le monde entier, dans l’optique d’éviter que ceux-ci soient de nouveau mis au contact d’enfants. Ils ont ainsi recensé 4 400 noms d’agresseurs sexuels.
Elle tient également à jour un répertoire des exfiltrations internationales et ne manque pas de dénoncer cette pratique. Récemment, l’affaire du père Rivoire, qui a abusé sexuellement un enfant au nord du Canada, pour ensuite être dirigé vers la France, a provoqué de nombreuses contestations. En effet, cette mutation lui a permis d’éviter toute condamnation judiciaire.

Si vous souhaitez revoir l’émission en entier, c’est par ici: 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s