Présidentielle : temps de parole et d’antenne, les nouvelles règles

En France, c’est le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel qui est chargé de garantir, toute l’année, le respect par les médias audiovisuels du pluralisme. Considéré comme un fondement de la démocratie, le pluralisme reconnaît la diversité des opinions et offre la possibilité aux partis politiques, et plus globalement aux différents courants de pensée, de pouvoir s’exprimer.

À l’approche de l’élection présidentielle, le rôle du CSA est d’autant plus important que c’est encore lui qui est chargé de contrôler l’application de ce principe en période électorale. L’année 2017 marque aussi un changement important par un renouvellement des règles concernant les temps de parole et temps d’antenne, un changement qui ne satisfait pas tous les candidats.

Par conditions de programmation comparables, le CSA entend « la présentation et l’accès à l’antenne des candidats et de leurs soutiens, au sein, d’une part, des émissions d’information, et d’autre part, des autres émissions du programme » selon des tranches horaires que nous détaillons ci-dessous.

Tranche du matin : 6h – 9h30
Tranche de la journée : 9h30 – 18h
Tranche de la soirée : 18h – 24h
Tranche de la nuit : 0h – 6h

Ainsi, cela permet par exemple à France 2 d’inviter les « gros » candidats dans l’Émission politique pendant 2 heures et, pour compenser, les « petits » candidats dans l’Entretien Politique durant seulement 20 minutes sans contrevenir au principe d’équité.

« Le Grand Débat » de TF1 critiqué par Nicolas Dupont-Aignan

J’ai le devoir, aujourd’hui, de quitter votre plateau et je donne deux jours, deux jours à la chaîne TF1 pour inviter tous les candidats et pour permettre aux français de trancher.
– Nicolas Dupont-Aignan, 20h de TF1, 18 mars 2017

Invité du journal de 20 heures sur la première chaîne samedi, Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France à l’élection présidentielle, a décidé de ne pas répondre aux questions d’Audrey Crespo-Mara et de quitter le plateau. Il entendait protester contre le débat organisé par TF1 et sa filiale LCI et diffusé lundi 20 mars à 21 heures. En effet, la chaîne a décidé de n’inviter que Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Benoît Hamon. Dans un communiqué, le Groupe TF1 a souhaité rappelé que le Conseil d’État, saisi en référé par Nicolas Dupont-Aignan, l’avait débouté estimant qu’il n’y avait pas atteinte au principe d’équité.

Nicolas Dupont-Aignan a estimé nécessaire hier soir de prendre les téléspectateurs en otage sur une supposée « manipulation médiatique » et a cherché à les abuser en évoquant le fait que « TF1 ne respecte pas le principe d’égalité des candidats ».
– Groupe TF1, communiqué, 19 mars 2017

Dans une lettre adressée le 1er mars à Gilles Pélisson, PDG de TF1, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel « [s’interrogeait] sur l’opportunité de maintenir l’organisation de ce débat à la date retenue ».

A noter que Jean Lassalle (708), Nicolas Dupont-Aignan (707) et Nathalie Arthaud (637) ont plus de parrainnages d’élus que Marine Le Pen (627).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s