Jean Lassalle : « Je suis un candidat atypique, cela fait ma force »

Jean Lassalle (JL), ancien soutien de François Bayrou et député, a décidé de se présenter à l’élection présidentielle. Il publie un livre Un Berger à l’Elysée dans lequel il dévoile son projet. Il a également répondu à nos questions (IC).


IC – Vous êtes, depuis mars 2016, candidat à la présidentielle. Qu’est-ce qui a motivé votre décision et en quoi vous sentez-vous légitime pour prétendre à cette fonction suprême ?

JL : Je veux entrer une nouvelle fois en conversation avec les Français. Leur redonner la parole qui leur a été confisquée par des élites sourdes et aveugles. Les délivrer de la dictature des marchés financiers. C’était mon devoir de député, d’homme politique et de père de famille. J’ai mûrement réfléchi à cette décision. J’aurais pu détourner le regard, profiter tranquillement de ma retraite de député et attendre que le pays tombe dans le chaos. C’était le choix de la facilité. Ce n’est pas ma philosophie de vie.

IC : Vous avez effectué un grand tour de France en 2013. Vous avez rencontré beaucoup de citoyens, et particulièrement des territoires ruraux. Quel bilan tirez-vous de cette expérience inédite pour une personnalité politique française ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

JL : Cette expérience m’a beaucoup apporté. Il y a toute une symbolique autour de la marche : les personnes que l’on rencontre nous enrichissent et nous permettent également de nous découvrir nous-même. Ce qui compte, c’est le chemin et pas la destination. Dans les témoignages que j’ai pu recueillir par milliers, j’ai ressenti la douleur, l’exaspération, un certain fatalisme. Mais parfois au détour d’une conversation, l’espoir renaît. Et cela m’a donné et me donne encore le courage d’avancer.

IC – Plusieurs candidats à la présidentielle ont formulé des propositions emblématiques à l’égard de la jeunesse. Je pense, par exemple, au revenu universel de M. Hamon, ou bien au « pass culturel » de M. Macron. Quelle grande mesure formulez-vous à destination des jeunes ?

JL : Je vais proposer aux jeunes de passer leur permis de conduire gratuitement lors d’un Service National Civil ou Militaire obligatoire. C’est une mesure pragmatique qui aura un impact direct et immédiat sur la vie de dizaines de milliers de jeunes.

IC – La dernière enquête PISA vient encore de démontrer que le déterminisme social en France est l’un des plus élevé des pays membres de l’OCDE. Quelles sont vos pistes de réflexion en termes d’éducation ? Comment tendre vers un modèle davantage méritocratique qu’aujourd’hui ?

JL : La République m’a tout donné. Je suis un petit-fils et fils de bergers. J’ai dévié du chemin qui était tracé devant moi précisément parce qu’à l’époque, il était beaucoup plus facile de saisir des opportunités et que j’y croyais. C’est cet espoir que je veux insuffler aux jeunes. Il faut qu’ils aient confiance en eux dans une école qui enseigne l’indépendance d’esprit autant que la connaissance intellectuelle pure. Je veux rétablir l’équité dans une école primaire où tous les élèves sauront lire, écrire, compter, parler 2 langues étrangères et maîtriser les technologies numériques. Le savoir est libérateur, je le sais mieux que quiconque, et les jeunes doivent le réaliser. Ce sont les valeurs que je m’efforce de transmettre à mes quatre enfants et que je vais diffuser au sein d’une école républicaine ouverte sur le monde et ses réalités.

IC – Marine Le Pen envisage un rétablissement progressif du service militaire. Êtes-vous favorable à cette idée et pourquoi ?

 JL : Cette notion de progressivité est hypocrite. J’ai effectué mon service militaire et j’ai pu constater à quel point il pouvait transformer le destin de jeunes gens parfois à la dérive mais aussi souder une Nation. Je rétablirai donc immédiatement le Service National : il sera Civil ou Militaire pour les garçons et les filles. Pour les civils, la responsabilité consistera à accompagner les personnes en difficulté et à réhabiliter notre patrimoine. Chacun entrera dans la vie active avec une expérience professionnelle réussie, collective au service du bien commun, et pourra – je l’ai dit plus haut, acquérir simultanément son permis de conduire. Pour les militaires, les volontaires pourront apporter leur soutien aux Forces de l’Ordre et aux Pompiers.

IC – Les modalités de parrainages ont été modifié pour cette présidentielle 2017. Pensez-vous atteindre le seuil des 500 parrainages ? Combien de signatures avez-vous aujourd’hui ?

JL : Les modalités ont été modifiées et ce choix est profondément néfaste pour la démocratie et la représentativité. Mais je suis très confiant. Je rencontre des centaines de personnes chaque semaine en province. Ma campagne est atypique. Tout comme ma candidature. Et c’est ce qui fait sa force. Je suis en route vers les 500 parrainages et je dois également en obtenir 250 de plus comme marge de sécurité. [Il manque 210 parrainages à Jean Lassalle aujourd’hui 10 mars, NDLR].

IC – Notre génération est confrontée à un niveau de chômage et de précarité très élevé. De plus, la situation nationale avec notamment le risque terroriste, et internationale avec la montée des mouvements extrémistes, au sein même de l’Europe, présage un avenir instable. Quel message d’espoir adressez-vous aux jeunes en guise de conclusion ?

JL : Ne sombrons pas dans les ténèbres. Il fait nuit aux pays des Lumières mais chaque jour des êtres humains extraordinaires nous montrent qu’il est possible d’y croire encore, de faire société, de créer. Regardez-vous les uns les autres, souriez, discutez, aimez, voyagez, vibrez, échangez, vivez tout simplement!


Interview effectuée fin février.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s