La 89ème cérémonie des Oscars

Les cinéphiles ont dû faire preuve de patience, aux alentours de minuit (heure française) se déroulait la 89ème cérémonie des Oscars au Dolby Theatre (Los Angeles). Une chose est sure, ils n’auront pas attendu pour rien puisqu’elle leur réservait de nombreuses surprises (et pas uniquement préparées !), avec tout cela, elle est assurée de rester dans les mémoires…

gallery-1-large2
Crédits : http://www.dolbytheatre.com

Et le gagnant est…?

Vous vous rappelez sans doute, en 2010 lors de la remise du César du meilleur espoir féminin, Vanessa Paradis était montée sur scène et avait annoncé : « le César est attribué à… Judith Godreche ! Euh non, non, pardon c’est Judith Henry ». Hier aux Oscars, s’est produit la même situation mais version américaine, c’est-à-dire qu’on a vu encore plus grand. Cette fois, elle concernait la remise du prix du meilleur film, le clou de la soirée. Et les gaffeurs sont … Faye Dunaway et Warren Beatty ! Lui dit « l’Oscar est attribué à… », elle s’écrie « La La Land ! ». Toute l’équipe du film monte sur scène mais se voit bien vite retirer l’Oscar des mains, qui revient en réalité à Moonlight.

oscars-2017-la-grosse-bourde-au-moment-d-annoncer-le-meilleur-filmm425163
Crédits : Télérama

Alors, véritable bourde ou coup médiatique pour une cérémonie dont l’audience était tombée au plus bas en 2016 (une chute de neuf millions de téléspectateurs selon ABC) ?

L’équipe de La La Land ne repart tout de même pas bredouille, puisqu’elle remporte six Oscars dont celui de la meilleure actrice pour Emma Stone. Mais rien pour Isabelle Huppert pour son rôle dans Elle, de Paul Verhoeven, que la France attendait au tournant. Damien Chazelle, le réalisateur de La La Land, se voit également remettre l’Oscar du meilleur réalisateur. A 32 ans, il est le plus jeune récompensé dans toute l’histoire de la cérémonie.

« Moonlight » !

6715395_063-645726622_1000x625
Crédits : Le Parisien

Le grand gagnant est un film de Barry Jenkins, jeune cinéaste afro-américain, très peu connu de même que ses acteurs. Déjà amplement récompensé par les Goldens Globes, les Producers Guild of America Awards ou encore les Screen Actors Guild Awards. Après une première projection au festival de Telluride dans le Colorado où il avait suscité un vif engouement, il avait obtenu lors de sa sortie en Outre-Atlantique une moyenne record sur le site Metacritic (regroupant les critiques des journaux américains et anglais) de 99/100 !

Le film est découpé en trois moments clés de la vie du personnage principal (l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte). Un jeune noir qui réside dans un quartier pauvre de Miami, ravagé par le trafic de drogue, découvre son homosexualité. Pour la masquer, il tente de se vêtir d’une image, qu’il pense la plus virile possible (muscle, tatouages…).

Il s’agit d’une adaptation de la pièce de théâtre autobiographique In Moonlight Black Boys look Blue du dramaturge Tarell Alvin Mc Craney. L’histoire semble aussi être liée à celle de Barry Jenkins qui a lui aussi vécu dans le ghetto de Liberty City, a grandi sans son père et a été élevé par une mère accro au crack (rôle joué par Naomi Harris).

Toutefois, ce n’est pas un portrait dépourvu d’espoir qu’a souhaité représenter Barry Jenkins, qui affirme que des jeunes spectateurs ont réussi à surmonter leur homosexualité après avoir vu le film et que ceci le « rend plus fier que tous les prix qu’il pourrait recevoir ».

L’ombre de Trump

La politique s’est invitée sur le tapis rouge : de nombreuses célébrités ont porté comme signe contestataire un petit ruban bleu, symbole des droits civiques aux USA. Dès le discours d’introduction de Jimmy Kimmel, humoriste et animateur de télévision américain, il a été question de racisme et de discrimination : « merci à Donald Trump, grâce à vous 225 pays nous regardent et désormais nous haïssent ».  Tweetant en direct à ce dernier « Hey Donald Trump u up ? » (Es-tu réveillé ?), pour se moquer de son utilisation exacerbée du réseau social. Au cours de la soirée, les lauréats ont multiplié les allusions. D’ailleurs, deux noirs américains ont décroché les deux meilleurs seconds rôles (Viola Davis pour le film Fences et Mahershala Ali pour Moonlight). Ce n’est probablement pas un hasard après la polémique des « Oscars So White », qui avait eu lieu ces dernières années concernant le manque de mixité quant à la remise des prix. C’est également la première fois qu’un acteur musulman, Mahershala Ali, décroche une statuette, petit écho aux « Muslim Ban » de Donald Trump.

part-gty-645739332-1-1-0.jpg
@La Dépêche

Tous les résultats :

Meilleur film, Moonlight, de Barry Jenkins
Meilleure actrice, Emma Stone, La La Land
Meilleur acteur, Casey Affleck, Manchester By the Sea
Meilleure actrice dans un second role, Viola Davis, Fences
Meilleur acteur dans un second role, Mahershala Ali, Moonlight
Meilleur réalisateur, Damien Chazelle, La La Land
Meilleur montage, Tu ne tueras point
Meilleur film en langue étrangère, The Salesman (Le Client)
Meilleure musique de film, La La Land
Meilleurs décors, La La Land
Meilleurs effets visuels, Le Livre de la Jungle
Meilleur scénario adapté, Moonlight
Meilleur scénario original, Manchester By the Sea
Meilleur film d’animation, Zootopia
Meilleure photographie, La La Land
Meilleure création de costume, Les Animaux Fantastiques
Meilleur film documentaire, O.J.: Made in America
Meilleur court métrage documentaire, The White Helmets
Meilleurs maquillages et coiffures, Suicide Squad
Meilleure chanson originale, City of Stars, La La Land
Meilleur court métrage d’animation, Piper des studios Pixar
Meilleur court métrage de fiction, Sing
Meilleur montage de son, Premier Contact
Meilleur mixage son, Tu ne tueras point

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s