Les affaires qui éclaboussent François Fillon

Ce mercredi, François Fillon a demandé à rencontrer Nicolas Sarkozy et ont déjeuné ensemble. Le candidat des Républicains pour l’élection présidentielle d’avril est en pleine tempête depuis deux semaines. Alors qu’il se ventait d’être irréprochable aux yeux de la justice pendant les primaires, le voici accusé d’être au cœur d’au moins cinq affaires financières différentes après les révélations du Canard Enchaîné le 25 janvier. Détournements de fonds publics, abus de biens sociaux ou recel de délits sont quelques termes employés par la justice pour décrire l’actuelle situation de François Fillon. L’homme qui était favori pour accéder à l’Elysée, déclare que seul le résultat des urnes  pourra le juger. Sauf que depuis, les sondages le positionnent à la troisième place, derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Chaque nouvelle révélation est un coup dur pour la campagne de l’ancien Premier Ministre. Quelles sont ces cinq affaires qui minent le candidat ?

1) Le 25 janvier, Le Canard Enchaîné dévoile ce que l’on appelle « le Penelopegate ».640_000_lb4ah.jpg

Penelope est la femme de François Fillon. Elle est accusée d’avoir occupé un emploi fictif de 1988 à 1990 en tant qu’assistante parlementaire de son mari, puis de 1998 à 2002. De 2002 à 2007, elle aurait effectué la même mission mais pour le suppléant de François Fillon, Marc Jouland. Et enfin elle a occupé un dernier emploi pendant six mois, de 2012 à 2013.

Capture d’écran 2017-02-17 à 11.48.26.png

Capture d’écran 2017-02-17 à 12.00.56.png

Ainsi même si Pénélope Fillon était rémunérée pour ce poste, elle ne semble n’avoir jamais travaillé à l’Assemblée Nationale. Il n’est pas interdit aux parlementaires d’engager des personnes de leur famille pour les accompagner dans leur mandat ( 16% des députés sont concernés par ce que l’on appelle dans ce cas « le népotisme »). Ils doivent juste le déclarer. Et cela n’a pas été le cas de François et Pénélope Fillon. En 2014, Jean-François Copé est inculpé pour une affaire similiare: il aurait embauché sa femme Nadia depuis 2008. Récemment le Front National a été accusé d’avoir rémunéré une conseillère et un garde du corps de Marine Le Pen grâce au salaire perçu d’assistant parlementaire européen.

 
Capture d’écran 2017-02-17 à 11.54.59.png

Le Parisien indique que l’assistante parlementaire n’avait ni badge, ni email à l’Assemblée Nationale. Attention, ce n’est pas exceptionnel : les collaborateurs de circonscriptions n’ont pas souvent ce genre d’accès. Justement elle aurait occupé un tel poste à la permanence du RPR au Mans pour son mari. L’adresse de la permanence du député était celle du château familial. François Fillon clame que sa femme l’a réellement assisté en corrigeant ses discours, ou bien en le représentant pour des associations culturelles. Mais les propos de Penelope Fillon dans une interview de 2007 donnée au Sunday Telegraph à la journaliste Kim Wilsher montre qu’elle nie elle même toute implication dans la vie politique de M. Fillon. « Je n’ai jamais été son assistante en quoi que ce soit de ce genre. » Cependant, même si aucune trace du travail de Pénélope Fillon en tant qu’assistante parlementaire n’a été trouvé, le Canard Enchaîné a révélé ses indemnités de chômage, s’élevant à plus de 40 000 €.

Capture d’écran 2017-02-17 à 12.06.42.png

2) Ses enfants impliqués également dans l’affaire

Cette révélation vient de François Fillon lui-même. Quand il révéle ces fait, le 26 janvier sur le plateau du 20H de TF1, il cherche à jouer la carte de la transparence. Il a reconnu que ses propres enfants,Marie et Charles, ont travaillé pour lui quand il était sénateur de la Sarthe entre 2005 et 2007. Il a légitimé cette embauche pour leur qualité d’avocats. Or à cette période, ils ne le sont pas encore : Marie le devient en septembre 2007 et Charles en 2011. François Fillon aurait donné à chacun une mission. Charles aurait dû rédiger une base de données qui servirait à la campagne présidentielle de 2007. Il a « aidé en travaillant au programme du candidat [M. Sarkozy] à l’élection présidentielle sur des sujets institutionnels  » avait-il défendu en conférence de presse le 6 février. Charles a gagné pour cela 26 651 €. Marie devait écrire un livre politique pendant 15 mois. Ses collègues étudiants de l’époque témoigent qu’il est dur d’imaginer Marie écrire un livre puisqu’elle était déjà surchargée de travail. Elle a été rémunérée 57 084 €. Ces informations interrogent les enquêteurs qui soupçonnent maintenant un financement illégal de campagne.

3) Penelope Fillon, journaliste invisible à « la Revue des deux Mondes »

penelope_fillon_slider_3395-1.jpeg_north_1200x_white.jpg

Une seconde fois, Penelope est accusée d’avoir occupé un emploi fictif au sein du journal entre 2012 et 2013 et aurait gagné 100 000 €, soit un salaire mensuel de 5 000 €. Selon l’ancien directeur de publication, Michel Crépa, elle n’a rédigé que deux fiches de lecture pour la revue. Comment Mme. Fillon a-t-elle eu accès à cette presse ? Celui qui aurait fait l’intermédiaire entre le couple et « la Revue des deux Mondes » est Marc Ladreit de Lacharrière. Le milliardaire, PDG de FIMALAC, a fait fortune dans l’immobilier, l’organisation de spectacles, etc… Ici, il est surtout le propriétaire de la revue. Marc Ladreit de Lacharrière est un ami de François Fillon qu’il fréquentait déjà lorsque celui-ci était premier ministre. Une autre collaboratrice de François Fillon est également rémunérée par le milliardaire dans le secteur culturel de son activité en tant que conseillère. Alexia Demirdjian est la responsable de la campagne numérique de François Fillon. Même si elle a perçu le salaire de conseillère culturelle, elle ne semble jamais avoir travaillé en tant que tel.

4) « 2F Conseil » la société discrète de François Fillon

« 2F Conseil » est une entreprise de consulting. C’est-à-dire que cette entreprise propose des rapports d’expertise et conseille ses clients sur des sujets vastes : gestion, économie financière, géopolitique, droit international, communication, etc… Ces entreprises sont légales mais il est interdit à un député d’avoir une telle société, afin d’éviter les conflits d’intérêts. Or François Fillon a fait enregistré cette boîte quelques jours avant d’être élu député de Paris. En 13 ans, il aurait gagné environ 756 000 € selon Le Monde. On retrouve parmi ses clients différentes entreprises tel que l’assureur AXA, ou la banque ODDO, mais aussi la société FIMALAC détenue par Marc Ladreit de Lacharrière, et problablement des entreprises russes.

François-Fillon-Penelopegate-élection-présidentielle-assemblée-nationale-détournement-de-fonds-publics-infographie-actualité-information-Libération.png

5) Des sénateurs UMP détournent des fonds publics

François Fillon n’est pas encore officiellement inculpé dans cet affaire. Mediapart a révélé un système de détournement de fonds publics entre 2003 et 2014 oragnisé par les sénateurs UMP. Le Sénat versent une somme à chaque sénateur pour rémunérer leur attachés parlementaires et rembourser les différents coûts de leur fonction d’élu. L’UMP reversait alors à chaque séanteur un tiers de l’ensemble de l’argent perçue par cette manipulation.  En 12 ans, ce serait 10 Millions d’euros qui auraient été détourné. François Fillon aurait perçu sept chèques à cette époque.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s