Les futurs défenseurs des Droits Humains

Le 27 janvier 2017, les 14 lycéens dont leurs plaidoiries avaient été jugées assez touchantes et profondes étaient réunis afin de représenter leur régions, mais surtout pour défendre les droits de l’Homme. En effet, comme lors de notre précédent article sur le sujet –Les phases régionales des plaidoiries : Article du 27 décembre 2016-, ces jeunes représentent l’excellence d’une nouvelle génération et ils montrent à quel point elle est pleine d’espoirs et prête à défendre les grandes causes de notre monde. Stanley Torvic a couvert les événements sur place pour Medly. Pour écouter l’interview, c’est ici !

16652685_1246696072093061_721706051_n
Crédits : Stanley Torvic

« Des perles rares »

Cette année encore, les thèmes des plaidoiries étaient variés, mais ont touché de par leur pertinence et leur lien profond avec nos consciences face à l’actualité : Alep, les conditions des femmes, les persécutions de l’homosexualité en Iran, le cyber-harcèlement,… A bien des reprises, le public était touché et réagissait avec la plus grande des compassions pour des causes qui, pour la majorité d’entre elles, ne nous implique pas directement en tant que personne, mais en tant que citoyen et conscience.

Frédérika Benjamin : « Le cyber harcèlement : le fléau du 21e siècle »

« Je n’ai pas de mots pour décrire ce qu’ils m’ont fait ressentir »

Une fois que l’intégralité des candidats fût passée, le jury s’est retiré environ une heure afin de procéder au choix des lauréats de la 20e édition des plaidoiries. Durant ce laps de temps, les spectateurs ont eu l’occasion de se remettre de leurs émotions, tandis que les candidats, redevenus camardes d’un idéologie, ont pu relâcher leurs nerfs. Maxime Imbert, plaidait sur la thèse « Et si la Tour Eiffel se trouvait à Porto Novo ? » s’est livré à une interview au micro de Stanley Torvic :

« La jeunesse est pleine d’espoir face à ce monde »

Au terme de la délibération, le gagnant, Lacine Komara, s’est vu remettre le 20e prix des plaidoiries lycéennes avec un discours incroyable sur l’excision frappant la Guinée, mais également le monde entier : « A jamais, marquées dans la chair et l’esprit ».

Merci au mémorial de Caen de nous avoir permis d’assister aux plaidoiries et à Stanley Torvic d’avoir couvert l’événement pour Medly. Nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine pour la 21e édition qui, on l’espère, sera meilleure encore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s