Le multiculturalisme londonien: avancée ou régression?

Un modèle de diversité et d’échange

Elu le 5 mai 2016 le maire de Londres Sadiq Khan incarne la conception anglo-saxonne du multiculturalisme. Il est en effet le premier maire musulman de Londres, sa réussite sociale est un modèle pour beaucoup de Londoniens et son élection montre la facette très cosmopolite et ouverte de la capitale britannique. Les adeptes de ce concept de mélange culturel, très ancré en Grande Bretagne, sont unanimes : le multiculturalisme permet à chacun de vivre en toute harmonie et favorise l’échange entre différentes cultures. Le multiculturalisme permet également, outre des échanges verbaux, de protéger le patrimoine culturel de certaines ethnies, via le stockage dans les bibliothèques londoniennes d’ouvrages de minorités provenant du sous-continent Indien par exemple. Toutefois, malgré la modernité de ce système et la diversité culturelle qu’il permet celui-ci présente des inconvénients.

londres2

Mais le modèle de diversité représenté par le multiculturalisme présente comme tout autre système des failles. En effet, l’une des caractéristiques du multiculturalisme est que l’Etat essaie d’adapter sa politique afin de faire cohabiter dans le respect plusieurs ethnies. La mise en place de politiques locales est pourtant source dans certains cas de « non-intervention » de la part de la police. Ce qui est justifiable afin de ne pas attenter à la liberté de croyance et aux coutumes de certaines ethnies, mais cela peut donner lieu à la perpétuation de traditions comme les crimes d’honneurs ou les mariages forcés. Ces pratiques, certes traditionnelles pour certaines religions ou ethnies, sont toutefois contraires aux droits de l’Homme et aux libertés les plus fondamentales des individus. Le multiculturalisme donne donc lieu à certaines indécisions de la justice.

Part 2 Londres.png

Face à cela, des associations se sont mises en place afin de soutenir les victimes et de déterminer où s’arrête la tradition et où commence l’atteinte aux droits fondamentaux de chaque être-humain. C’est le cas de l’association Karma Nirvana, fondée par Jasvinder Sanghera une britannique d’origine indienne. Cette organisation n’est qu’un exemple parmi tant d’autres afin de lutter contre les dérives provoquées par le « vivre-ensemble » britannique. Tout l’enjeu du multiculturalisme est résumé ici, mais comme l’a déclaré Olivier Guichard : « Une société unie n’est pas une société sans différences, mais une société sans fronKarma.PNGtières intérieures. »3.PNG

Camille Ronot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s