Plaider pour un monde plus juste

Depuis vingt ans, le Mémorial de Caen offre la possibilité aux lycéens de toute la France, seul ou à plusieurs, de prendre part aux plaidoiries de l’organisation afin de défendre les Droits de l’Homme. Ainsi, le but pour chaque candidat est de plaider contre une violation de ces Droits pour laquelle il désire se battre. C’est ainsi que sur les 120 candidatures envoyées pour la région Lyonnaise, uniquement dix ont été sélectionnées. Ces jeunes ont alors été conviés à venir passer une session orale ce mercredi 14 décembre 2016 au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon. Pour tous, une seule consigne : vivre sa plaidoirie. Ils ont ainsi donné le meilleur d’eux-mêmes afin d’espérer convaincre le jury et représenter la région Rhône-Alpes lors de la finale le 27 janvier à Caen.

De nombreux thèmes ont alors pu être abordés au cours de leurs plaidoiries, qui ont presque excédé 2 heures : les conditions insalubres de certaines prisons françaises, le grand nombre d’enlèvements d’enfants en Argentine, la question du droit à l’IVG face au droit à la vie dans le monde, l’accès quasi-impossible à l’éducation pour les filles en Afghanistan ou encore la censure par la force du gouvernement chinois sur la population.

« C’est notre rôle de se battre pour ce droit »

Noémie Deleuze, Droit à la vie : droit au bonheur ?

« Il faut, aux jeunes du Bénin, comme aux jeunes de tout pays, des racines pour avoir des ailes »

Maxime Imbert, Et si la Tour Eiffel se trouvait à Porto Novo ?

Pour Léa DUCATEZ, tous participent à cet événement avec une volonté d’interpeller. Mais au delà de dénoncer, il s’agit de défendre quelque chose dans laquelle ils croient et qui leur tient à cœur.

Quatre lauréats retenus

Ainsi, après 40 minutes de délibération, le jury, composé d’historiens, membres d’associations Résistantes et journalistes, a dressé son classement des thèse défendues par les lycéens :

Les troisièmes ex-æquo sont Léo PLANTIER avec « Yémen, un silence assourdissant » parlant du massacre par la coalition sunnite de la minorité chiite dans ce pays, et le duo formé de Léa DUCATEZ et Eliot DEVOGHEL avec « La traite des enfants syriens » traitant le sujet du travail illégal des enfants syriens et de la complicité de l’état Turque.

Le second est Cléa TELLES avec « Déjà blessé avant même d’exister » sur la condition des femmes battues en France, notamment pendant leur grossesse.

Enfin, le gagnant et représentant de la région pour la finale nationale est Maxime IMBERT, un élève de seconde du lycée Champagnat, avec »Et si la Tour Eiffel se trouvait à Porto Novo ? » mettant en lumière la possession d’œuvres béninoises par la France, et son refus de les restituer au pays d’origine.

15645275_1206134036149265_1464153459_n
Maxime Imbert, Lycée Champagnat. Crédits : Jean Dupin

Nous vous donnons donc rendez-vous le 27 janvier 2017 pour la finale nationale à Caen afin de découvrir tous ces jeunes talentueux et leurs thèses qui ne seront que toutes améliorées.

Une réflexion sur “Plaider pour un monde plus juste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s