Election de Donald Trump : un rebond des bourses inattendu

Alors que l’arrivée de Donald Trump au pouvoir le 9 novembre dernier fut accueillie avec surprise et laissait planer de profondes incertitudes, nous assistons à une hausse boursière significative laissant penser que le milliardaire républicain serait-il « Wall Street-friendly »  ?

Une embellie de la Bourse aussi fulgurante que surprenante…

Le moins que l’on puisse dire c’est que les élections américaines et surtout les deux candidats finalistes hauts en couleurs auront fait parlé d’eux ! De nombreux pronostiques sont d’ailleurs réalisés  les semaines précédant le jour J afin de départager Hillary Clinton et Donald Trump, notamment par les analystes financiers qui s’inquiétaient de voir Wall Street s’effondrer dans l’hypotèse où Donald Trump viendrait à gagner.

C’est donc sans grand étonnement qu’à l’annonce de la victoire du milliardaire républicain, le mercredi 9 novembre 2016, les marchés se sont affolés et les bourses mondiales ont chuté provocant des réunions d’urgence des gouvernements du monde entier. Aux Etats-Unis le dollar a perdu d’un jour à l’autre 1,6 % face à l’euro et, au Mexique, le peso n’avait jamais été aussi bas. Au Japon, le Nikkei a clôturé en baisse de près de 6%, le DAX de Francfort a perdu 2,7% et le CAC 40 2,5 %.

Mais c’est alors qu’à la surprise générale, les marchés se sont redressés et stabilisés avec l’ouverture de Wall Street l’après-midi même ! Plus que cela, on assiste actuellement à une véritable envolée de la Bourse.

En effet le Dow Jones, fameux indice des bourses de New York, est en hausse et a même manqué de réaliser un nouveau record puisqu’il a augmenté de 5% entre l’élection de D. Trump et le vendredi suivant, ce qui n’était pas arrivé depuis décembre 2011 (7%).

Cette hausse inattendue s’est révélée bénéfique pour de nombreux secteurs tels que la finance : les cours des banques se sont envolés mais aussi les infrastructures, la défense ou encore la santé et plus particulièrement le secteur pharmaceutique.

De plus, les bourses européennes étaient également en hausse même si l’impact s’est révélé moins important. Le CAC 40 notamment a gagné près de 2,6% la semaine des élections et est passé de très près à côté d’un nouveau pic annuel. De même, les principales Bourses européennes, à l’ouverture le 14 novembre, ont connu leur meilleure semaine depuis juillet et une hausse de 1%.

Mais en quoi l’arrivée de Trump au pouvoir, qui inquiétait tant les marchés financiers, stimule-t-elles la Bourse ?

Il semblerait que les investisseurs, une fois remis du choc de voir le milliardaire accéder au statut de président, aient choisi de voir le « bon côté » des choses en se penchant sur les promesses de campagne de relance économique et en espérant une hausse de la croissance. En effet, la victoire de Donald Trump rime avec une dérégulation des marchés, l’homme politique ayant notamment l’intention de revenir sur la loi Dodd-Frank, votée en 2010 par les démocrates ; moins de contrôle budgétaire et plus de déficit ce qui pousserait à une hausse de la croissance à long terme. Il a également promis d’investir 1 000 milliards de dollars dans de nombreuses infrastructures telles que des aéroports, ponts  routes et ce  grâce à des partenariats publics-privés. En somme Trump est un milliardaire pro-business, du pain béni pour la Bourse.

Si les taux augmentent autant c’est que le programme de Trump est inflationniste, les valeurs faiblement endettées augmentent et les banques regonflent ainsi leurs marges. Les effets positifs sur l’ensemble des valeurs financières boostent les marchés. Cette politique inflationniste est à l’origine de l’anticipation des marchés d’où leurs investissements massifs.

Autre facteur de la bonne santé actuelle de l’économie américaine mis en lumière par le front économique, « l’indice de la confiance du consommateur américain, selon l’Université du Michigan, bien meilleur que prévu, à 91,6 points pour le mois de novembre en données préliminaires, au plus haut depuis juin, contre 87,9 points attendus et 87,2 points en octobre. De quoi renforcer le sentiment que la première économie mondiale reste des plus solides, au moment où le nouvel homme fort de l’Amérique compte mettre en place une politique expansionniste. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s