Michel Rocard, la genèse d’une gauche moderne.

Suite au décès de Michel Rocard le 2 juillet dernier, Medly revient sur la vie de cet homme, considéré comme l’un des plus grands politiciens français du XXème siècle. 

Samedi 2 juillet 2016, Michel Rocard nous a quittés à l’âge de 85 ans. Ancien homme d’état français et diplômé de l’ENA, il occupait la fonction de Premier Ministre sous le gouvernement Miterrand II, de 1988 à 1991. Si le militant socialiste est resté dans une majorité d’esprits en France, c’est grâce à sa vision moderne d’une nouvelle gauche, profondément réformiste et fermée à toute liaison avec les influences communistes de l’époque.

Fils d’un ancien membre de la résistance, Michel Rocard s’initie dès le plus jeune âge au sens du devoir et des responsabilités au sein des « scouts unionistes » où il y exercera pendant six ans les postes de chef de troupes adjoints et chef de troupes.

Destiné à des études scientifiques, c’est pourtant vers l’IEP de Paris que Michel Rocard se dirige en 1947, où il rencontrera au sein de sa promotion certaines hautes figures de la classe politique française comme Jacques Chirac ou Robert Pandraud.

Le futur ministre accomplira ses études avec brio et sortira diplomé de l’ENA en 1958, la tête pleine d’idées socialistes et converti aux futures valeurs européennes que lui à offert le SFIO ( parti des étudiants socialistes).

Son engagement politique se traduira assez vite au travers de la guerre d’Algérie. Rocard s’opposa à la politique d’assimilation et la volonté de conserver la région sous le gouvernement De Gaulle. En 1960, alors que l’idée d’une gauche moderne et réformée séduit de plus en plus la jeunesse française et la classe ouvrière, Michel Rocard participe à la fondation du Parti socialiste unifié PSU avec Edouard Depreux. Il en devient le secrétaire général en 67 et joue un rôle d’importance lors des événements de 68 grâce à l’influence des étudiants adhérents au PSU et membres du syndicat UNEF.

Michel-Rocard

Malgré tout l’engouement, le PSU ne sera pas appelé au pouvoir par les Français lors de l’élection de 1969 où Rocard récoltera 3,61% des suffrages. Abandonnant le PSU pour le PS (parti socialiste) en 1974, Rocard donne sa candidature pour la présidentielle de 1981 mais la retire après l’annonce de celle de Miterrand. Dès lors naît un profond antagonisme entre les deux hommes, qui avait toutefois montré ses facettes dès 1977.

Il entrera finalement au gouvernement le 10 mai 1988 et sera le ministre ayant le plus usé de l’article 49 alinéa 3 de la constitution (celui dont Manuel Valls a récemment fait usage pour la loi Travail) puisqu’il l’aura invoqué 28 fois au cours de son mandat.

Michel Rocard choque également avec ses propositions économiques mais ce fut pourtant lui qui instaura en octobre 1988 le RMI (revenu minimum d’injection) ou encore l’impôt dit CSG (contribution sociale généralisée).

Auteur de nombreux écrits, la dernière trace de la vision politique de Michel Rocard est sa « lettre aux générations futures » publié sous les éditions BAYARD où l’ancien premier ministre dresse la liste des contraintes majeures que la classe politique française laisse à la nouvelle génération.

 

Chiffres clés

• 23 août 1930 : naissance à Courbevoie

• 1974 : entrée au PS

• 1988-1991 : Premier ministre de François Mitterrand

• 1993-1994 : Premier secrétaire du PS

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s