L’évolution des Syndicats lycéens: une réalité ?

« Je m’appelle Joseph Euphrosine, ex lycéen au lycée Claudel à l’académie de Reims, et représentant national des lycéens au CNVL ( Conseil National de la Vie Lycéenne). Mon objectif est faire porter la voix des lycéens sur la sphère nationale, en prenant en compte leurs idées et leurs demandes, pour faire avancer leurs conditions de vie ». C’est ainsi que Joseph Euphrosine se décrit en tant qu’élu CNVL. Un élu CNVL est un lycéen élu par une majorité de ses camarades pour siéger dans ce conseil chargé d’établir des propositions de réformes concernant la vie lycéenne. Mais si les instances se préoccupent, il existe de nombreuses organisations (ou plutôt syndicat) lycéennes qui s’engagent également dans ce combat.

Des syndicats et des instances, secret d’une mauvaise gestion 

Si un jour vous avez la chance d’être élu au CVL (Conseil de Vie Lycéenne) de votre lycée, vous participerez au bon fonctionnement de celui-ci. A une échelle plus grande, être élu au Conseil National de Vie Lycéenne implique de grandes responsabilités car il s’agit de définir les besoins qu’ont les lycéens français. Mais cela doit aller plus loin et pour en savoir plus, j’ai été chargé d’interroger Joseph Euphrosine, lui même élu CNVL.

La première chose que j’ai voulu savoir quant à sa fonction : Pourquoi ? en quoi être élu CNVL peut être plaisant à ses yeux ? « J’ai toujours aimé m’engager au service des autres. Je considère que lorsque l’on vit en communauté, il faut tout faire pour améliorer les conditions de vie de tous. En fait, je souhaite me sentir utile, construire un avenir certain et être finalement, un acteur de mon quotidien. Mais on se rend compte, qu’au CNVL, la présence de syndicats lycéens fait évoluer des idées partisanes et souvent qui ne concernent qu’une minorité. Ce qui rend au débat toute sa légitimité et son intérêt, ce qui me plaît beaucoup ! »

C’est donc une sorte de vocation chez Joseph, que d’être de ceux qui définissent et choisissent pour nous.

Pour poursuivre sur la voie des syndicats lycéens, je l’ai interrogé sur les rapports entre eux, « Les syndicats lycéens existent depuis un bout de temps. Cependant, récemment au CNVL, certains syndicats lycéens critiquent le fonctionnement du CNVL (ce qui est acceptable) par des procédés inacceptables (intimidation, voire insultes). Sans compter que ce sont aussi ceux qui ne proposent pas vraiment de solutions et se contentent de critiques stériles. Il est même arrivé que ces mêmes syndicats s’attribuent la réussite de projets émanant des élus du CNVL, ce qui est pitoyable. Pour ma part, j’ai été élu, non pas pour représenter un syndicat, mais les lycéens de France. »

Le CNVL, des propositions pour nous tous 

Mais alors, concrètement, que fait-on au Conseil National de la Vie Lycéenne ? « Au dernier CNVL du 3 Juillet, il était question de proposer la création d’une charte des droits lycéens, qui rappellerait à tous les membres de la communauté éducative, les droits et les devoirs des lycéens, pour éviter l’obscurantisme.
D’autant plus, le CNVL a réaffirmé et mis en avant le droit de publication que les lycéens possèdent, et qui leur permet de publier un journal, sans avis préalable du chef d’établissement. Au premier CNVL du 20 Janvier, nous avons mis en avant l’application d’un nouvel ECJS (cf. EMC) qui serait également dispensé dans le milieu des lycées professionnels. Là dessus, j’aimerais dire que j’ai été élu par des électeurs lycéens venant de lycées généraux, agricoles, technologiques mais aussi professionnels ! Il ne faut absolument pas les mettre de côté. De même, le CNVL a soutenu le développement des Maisons des lycéens en présentant des statuts types pour faciliter la création de MDL dans toute la France. La FMDL, que je soutiens, propose aussi une aide à toutes les MDL de France ! »

Moteur de revendications 

Si nous pouvons constater l’intérêt des instances, je m’interroge encore. Les syndicats lycéens sont-ils véritablement incompatibles avec les instances ? Ils sont pourtant moteurs de revendications et l’incohérence m’alarme. Comment pourrait-on se réorienter vers du « copinage » entre organisations lycéennes et instances qui ont diamétralement le même objectif ? « C’est assez simple, il suffit de reconsidérer le syndicat lycéen dans sa véritable définition, c’est à dire comme une organisation qui vise à améliorer les conditions de vie des lycéens. De ce fait, il faut abandonner les idées partisanes, les critiques puériles et sans fondement ». D’un autre de ses camarades à qui je pose la même question « Les syndicats ont un rôle important à jouer dans la démocratie lycéenne. Ils sont souvent bien plus informés que leurs camarades indépendants à l’intérieur des instances et ont souvent des propositions à faire. Mais il faut arrêter avec cette idée « d’élu syndiqué » ! Un élu parle au nom des lycéens de son académie, et pas au nom de son syndicat, de la même manière que François Hollande représente la France et non pas le PS. Cela crée des tensions, des groupes se forment et il est impossible de revenir sur des échanges sereins. Mais c’est avant tout une question de maturité ! Comment voulez-vous qu’on ait du crédit auprès du ministère quand à côté on ne peut trouver d’accords sur l’essentiel ? »

Que dire de plus ? Peut-être pourrions nous lancer un appel à la paix, qui sait ?

Joseph Euphrosine a récemment été admis à Science Po, nous lui souhaitons une bonne continuation dans ses études.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s