Demain tout est possible

Une monnaie locale, des jardins en plein centre-ville, des énergies renouvelables… Voila des solutions, enfin, dans un monde individualiste où de plus en plus de gens baissent les bras face à la protection de la Terre et la survie de l’espèce humaine. Demain est une touche d’espoir et de solidarité dans la société actuelle.

Je sors de la séance avec une euphorie certaine et une envie de tout changer, de refaire le monde. Quand on parle de la fin possible de l’espèce humaine, des animaux et du dérèglement climatique on nous répond “Oui, c’est triste mais qu’est-ce qu’on peut y faire de toute façon ? “. Une chose est sûre : il y a des réponses. Pleins de réponses et des solutions aussi, des solutions qui marchent parce que nous ne sommes plus condamnés à vivre dans un monde en perdition, sur une Terre  vouée à être détruite. Maintenant nous avons des solutions et nous pouvons changer les choses parce que c’est à nous de commencer, de nous battre, de nous rassembler et d’y aller, de foncer tête baissée.

 Demain aborde cinq thèmes: l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. Les réalisateurs voyagent dans 10 pays différents et une vingtaine de personnes prennent la parole pour nous expliquer. Tout est dit simplement, même les notions d’économie, notamment sur le fonctionnement des banques, peuvent être comprises. Un film donc à la portée de tous mais surtout de nous. Car certes les solutions sont là mais maintenant il faut se retrousser les manches. Ce qui se passe aujourd’hui est grave et trop peu de gens en ont conscience. Nous avons les moyens de sauver l’humanité, pourquoi ne rien faire ? Cette citation de Rob Hopkins résuma assez bien le film selon moi:

 « Nous passons notre temps à faire des films où nous sommes éradiqués par des zombies, des bombes nucléaires, des épidémies, des robots, des extraterrestres, de petits gremlins… Nous adorons ça ! Mais où sont les films qui parlent du contraire ? Ceux où nous nous rassemblons et où nous résolvons les problèmes ? Nous n’en avons pas vraiment… L’être humain est tellement ingénieux, tellement créatif. Nous pourrions faire des choses extraordinaires, mais pour ça nous avons besoin de nous raconter ces histoires. Avoir une vision, raconter une histoire, c’est comme de jeter devant soi un tourbillon qui vous entraîne… »

A la suite du film, un site a été créé où nous pouvons trouver les fameuses solutions: des solutions individuelles, d’autres collectives et encore d’autres pour nos élus. Vous pouvez agir aujourd’hui car vous en avez la possiblité, par exemple, en achetant des produits bio et de commerces locaux et indépendants, en consommant moins de viande, en optant pour un fournisseur d’électicité renouvelable ou encore en recyclant ses déchets. Si nous ne commençons pas, qui va le faire ?

 Si nous ne faisons rien, que va-t-il se passer ? Nous ne parlons pas seulement de la hausse des températures mais de la disparition de l’espèce humaine. C’est la première espèce qui ressent de la compassion, souligne Yann Arthus Bertrant dans” On est pas couché”. Mais l’espèce humaine ce n’est pas que la compassion, c’est aussi beaucoup d’autres belles choses. Pensez à tout ce qu’il y a de beau dans le monde, à toutes ces choses qui font que nous devons nous battre pour les conserver.

 A tous ces élans de solidarité, de générosité, à toutes ces vies qui valent quelque chose, car oui chaque vie vaut le coup de se battre car chaque vie compte. Alors brandissons nos valeurs, nos idées et nos vies, mettons les toutes côte à côte, toutes à la même hauteur et servons nous de cette force pour gagner.Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est d’ailleurs toujours comme cela que ça s’est passé.” a dit Margaret Mead.

 Et qu’est ce qui vous dit que ce ne sera pas vous ce petit groupe d’individus qui changera le monde? Moi j’y crois et d’autres y croient aussi alors croyons-y tous ensemble et avançons, tombons, relevons-nous. Je n’ai pas dit que ça sera facile, je n’ai pas dit qu’on n’aura pas envie de tout lâcher un jour mais je suis persuadée d’une chose, une seule: si  on se bat, si on se soutient, si on y croit, on y arrivera. C’est obligé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s