La Corée du Nord, toujours en désaccord

Il y a quelques mois le 6 janvier dernier, Pyongyang  affirme par l’intermédiaire de sa chaîne de télévision nationale la conception et l’essai d’une bombe à hydrogène, relayant de vives contestations au sein de la communauté internationale.

Alliés de Pyongyang ou non, la plus part des grandes puissances condamnent l’acte de Kim Jong Un, qui avait pourtant accepté l’arrêt de son programme d’enrichissement d’uranium et de ses essais nucléaires le 29 février 2012. Suite à l’annonce d’un essai de bombe à hydrogène, le Japon et les États Unis ont convoqué d’urgence le Conseil de sécurité de l’ONU afin d’obtenir certaines condamnations face au non respect des lois internationales.

Ces deux pays ont de quoi être inquiets de cet nouvel essai. Depuis des dizaines d’années les relations entre la Corée de Nord et le Japon sont bloquées, tendues, suite à un passé douloureusement acceptable du côté Coréen.

Preuves à l’appui en 1592, c’est déjà la première invasion japonaise en Corée, puis s’en suit de nombreux blocus côté Coréen, et le 17 novembre 1907, le Japon impose à la Corée un protectorat ( régime politique constituant l’une des formes de sujétion coloniale).

Durant la seconde guerre mondiale, les japonais capturent de jeunes coréennes pour en faire des femmes de réconfort. Cela reste toujours un sujet à contestations et controverses puissantes de nos jours.

Les relations ont de quoi être vives.

En 2015, des hauts responsables américains disaient que la Corée du Nord aurait pu placer une bombe à un endroit stratégique afin de toucher les États Unis. De quoi faire monter la pression à Washington début 2016. Les USA condamnent fortement le comportement de Kim Jong Un qui remet en cause la sécurité internationale. Les 15 pays du Conseil de Sécurité des Nations Unies indiquent travailler activement sur de nouvelles mesures contre Pyongyang.

Une vraie bombe H ?

La bombe à hydrogène est censée être du style thermonucléaire, (fission de deux atomes qui en s’assemblant, éjectent un électron ) plus la fission des atomes est grande, plus la puissance de l’explosion est forte. Une bombe H est plus forte qu’une bombe A. Celle-ci était, jusque là, la seule catégorie de bombe avec laquelle la Corée du Nord faisait ses essais.

Cependant, la secousse sismique provoquée par l’explosion du 6 janvier montait entre 4,2 et 5 sur l’échelle de Richter selon des organismes spécialisés, soit à peu près la même magnitude que l’explosion d’une bombe A.

Pyongyang nous mentirait ? Est ce vraiment une bombe H qui fut testée où est ce encore un mirage afin d’obtenir l’attention de la communauté internationale, ou encore une démonstration de force ? Pour le moment il n’y a aucune certitude.

Mais Kim Jong Un n’a pas arrêté de se féliciter de la mise au point de sa bombe H miniature, capable de monter sur un missile. De plus, selon un spécialiste australien du nucléaire, la Corée du Nord veut mettre au point des bombes de moins d’un mètre de diamètre et qui pèsent moins d’une tonne. Cela peut être inquiétant dans la mesure où elles pourraient êtres installées sur des avions.

Mais que croire ? Car si le gouvernement nord coréen arrive ou a réussit, comme il l’affirme, a mettre au point des prototypes miniature, la paix internationale est en danger, et la Corée du Sud devrait se mettre d’autant plus sur ses gardes…

Dates clés du programme nucléaire nord-coréen :

Le 9 octobre 2006, Pyongyang annonce qu’il vient de mener son premier test de bombe atomique. Le conseil de sécurité de l’ONU réagit vivement le 15 octobre 2006 et impose à la Corée du Nord de détruire ses installations nucléaires. Mais en août 2008, elle l’arrête estimant les contreparties proposées (une aide internationale) insuffisantes, et teste le 25 mai 2009 une nouvelle bombe nucléaire, puis un troisième essai sera mené le 12 février 2013.

Le 6 janvier dernier est donc le premier essai d’une bombe à Hydrogène.

Le traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires (TICE)

Le TICE est un accord multilatéral ouvert à la signature le 24 septembre 1996 après de longues années de négociations au sein de la conférence du désarmement des nations unies.

En vertu du TICE , chaque état signataire s’engage à ne pas effectuer d’explosion expérimentales d’armes nucléaires ou d’autres explosions, quelque soit le statut nucléaire du signataire.

Ce traité prévoit un important régime de vérification, notamment la création d’un système de surveillance international. Pour être conclu, la TICE attend la signature de 183 états précis. Huit n’ont toujours pas répondu, même plus de 20 ans aprés…

La Chine, l’Égypte, les États Unis, l’Iran, Israël, le Pakistan, l’Inde et la Corée du Nord bloquent la finalisation du traité. Alors même que la Russie ait signé. Ainsi, appelons nous de la Tsar Bomba développée par l’union soviétique, la plus grosse bombe nucléaire à n’avoir jamais explosé, dont le rendement estimé en Kilomètres était de 50 000 aux alentours.

 

Lassina Zerbo, secrétaire exécutif burkinabé de l’organisation du traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires, affirme que cette provocation nord coréenne doit être durement réprimée,  et qu’il nous [la communauté internationale] faut agir au plus vite, car les japonais et les coréens sont inquiets. Mr Zerbo compte sur Mr Fabius, qui pourrait se servir du leadership français aprés les négociations sur le nucléaire iranien et plus récemment les accords de la COP21, afin de changer l’avis des pays qui ne sont toujours pas ratifiés au traité.

Le rôle de la France est d’autant plus important dans ces conditions, puisqu’elle soutient historiquement ce traité, et que M. Hollande avait fait de l’entrée en vigueur du TICE l’une des priorités diplomatiques de son mandat. Ce traité pourrait s’officialiser totalement dans une période de 5 à 10 ans, si un cadre de discussion est créé afin de faciliter l’intégration des pays manquants.

Des tensions internationales vives :

Rappelons tout de même que le non respect des lois internationales est passible de lourdes sanctions. Mais la Corée du Nord, est une élève rebelle bien connue de l’international, même si beaucoup ignorent ce qu’il s’y passe réellement.

Ce régime stalinien n’a toujours pas digéré la fin de la guerre froide et du monde bipolaire. Les essais nucléaires et autres démonstrations de force dont le régime fait preuve de temps à autre  est souvent traduit comme étant des provocations pour attirer l’attention des médias internationaux. Alors que le leader Kim Jong Un aimerait que cela soit perçu comme de futurs représailles et la preuve que son pays est imposant militairement.

Néanmoins, il est vrai que les essais nucléaires suscitent de vives réactions, surtout venant de ses voisins, avec qui Pyongyang n’est pas forcement en de bons termes. La Corée du Sud et le Japon qui sont en première ligne, craignent une future attaque. La Russie ne s’inquiète pas autant, car peu de russes habitent dans la région du Sikhote-Aline. De plus, les relations avec la  Russie ne sont pas vives, bien qu’elle ai dénoncé une  » violation flagrante  » du droit international et des résolutions de l’ONU « si ce test est confirmé ».
Puis la Chine, principale alliée de la Corée du Nord, a déclaré  » s’opposer fermement » à cet nouvel essai nucléaire. Pékin « exhorte instantanément » la Corée du Nord  » à tenir son engagement de dé-nucléarisation, et à s’abstenir de toute action qui aggraverait la situation », a déclaré la porte parole du ministère des affaires étrangères chinoises.

En somme, les essais perpétrés par Pyongyang ont encore une fois choqués une partie du monde et inquiètent particulièrement ses voisins. Ces essais nucléaires peuvent devenir très dangereux , dans la mesure où il est assez difficile de prévoir les actes de Kim Jong Un, qui reste un dictateur énigmatique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s