La COP 21 au centre de toutes les attentions

Depuis plusieurs jours, la COP 21 est au centre de l’attention. Elle a enfin eu lieu, et de nombreuses promesses ont été faites. L’espoir qu’entraîne cette réunion sera-t-elle à la hauteur de nos espérances ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la COP 21, et quel est son objectif ?

COP21 signifie que c’est la 21e Conférence des Parties (Conference Of the Parties) sur les changements climatiques, la première ayant eu lieu à Genève en 1979. Chaque année, cette réunion s’effectue dans différentes villes, aujourd’hui elle lieu à Paris, au Palais du Bourget. Elle réunit 150 chefs d’états et de gouvernements.

L’objectif est d’agir sur le changement climatique, c’est-à-dire de le limiter à 2 degrès  jusqu’à la fin du siècle, et même de descendre bien en-deça de ce palier. Chaque état sera donc obligé de réduire ses émissions de CO2 et contraint de subir un contrôle de ces émissions.

Ainsi, les débats s’annoncent compliqués puisque certains états (notamment les pays émergents) revendiquent leur “droit de polluer” puisqu’ils sont en plein développement économique.

La COP 21 soulève des questions qui nous concernent tous:

La COP 21 réunit les plus grands dirigeants du monde, mais est-ce vraiment eux qui peuvent agir pour notre planète ? Aujourd’hui, l’écologie est un mode de vie qui est accessible à tous, à condition d’en avoir envie. En effet, chacun peut agir par de petits gestes au quotidien, comme utiliser les transports en commun ou encore privilégier les produits locaux.

De plus, la nouvelle génération est de plus en plus sensiblisée sur cette question d’écologie, notamment grâce à l’éducation.

La COP 21 atteindra-t-elle ses objectifs ?

Effectivement, cette COP n’est donc pas la première, et les échecs des précédentes furent nombreux. En 2009, la COP 15 à Copenhague échoue à définir un nouveau cadre pour les politiques climatiques, censé prendre le relais du protocole de Kyoto. Le protocole de Kyoto  fut établi en 1997 et visait déjà à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 5% pour les pays industrialisés, mais en vain.

Avant même le début des négociations, cette nouvelle réunion s’annoncait difficile par les revendications des pays en cours de développement. Effectivement, les pays actuellement développés ont connu eux aussi une période de développement durant laquelle ils ont pu polluer comme ils le souhaitaient. C’est pourquoi, les pays émergents demandent le droit de pouvoir, eux aussi terminer leur développement.

Si les pays qui actuellement polluent le plus, les Etats-Unis et la Chine, s’engagent à respecter l’accord des 2 degrés, cette conférence n’aura pas été vaine.

La sensibilisation dans l’éducation:

L’écologie étant un sujet primordial, les élèves de première L et ES n’échappent pas à des thèmes qui en font partie.

Le chapitre Nourrir l’humanité évoque le problème de la surpopulation de la planète qui ne cesse de s’accroitre, ce qui signifie qu’il va falloir, dans les années à venir, subvenir au besoin de cette population toujours plus importante. Pour subvenir à ceux-ci, il faut de l’eau mais aussi une nourriture abondante, or avec la pollution et le réchauffement climatique, la planète se meurt. Pour nourrir cette population, les hommes bouleversent encore et toujours la nature en produisant grâce à des agrosystèmes, ce qui signifie que l’homme modifie l’écosytème qui est naturel. Limiter les engrais et pesticides par exemple permettrait d’éviter des dégats trop grands sur la nature. Pour les consommateurs, manger bio se révèle être sain pour eux mais en plus, est un geste pour la planète.

Face à cette population en augmentation constante, la COP 21 est d’autant plus importante qu’il faudra bientôt subvenir au besoin de plus de 9 milliards d’êtres humains. L’engagement de tous ces états présents est primordial puisque actuellement, 795 millions de personnes sont en proie à la faim, chiffre qui ne cessera de grimper durant les prochains années.

Pour un avenir plus sûr:

Notre vision actuelle au jour le jour n’est plus la bonne solution pour gouverner le monde. Après de nombreuses années sans se soucier des conséquences de nos actions, les gouvernements semblent prendre conscience de leurs erreurs. Ils tentent d’inverser le cours des choses avec par exemple la COP 21, mais il faut aussi continuer de sensibiliser les populations. Un mode de vie plus écologique doit devenir une obligation. Nous devons surtout voir toujours plus loin et penser à l’impact de chacunes de nos actions. Développer les énergies renouvelables plutôt que de privilégier les énergies fossiles est aussi un objectif que les états devraient se fixer.

La planète est notre maison et nous devons essayer de la sauvegarder autant que possible, unissons-nous pour elle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s