Les jeunes engagés : Amnesty International

Aujourd’hui, de nombreux problèmes divisent notre société ( La faim dans le monde, l’extermination des animaux rares, les épidémies de maladies graves, le non-respect des droits de l’homme, le réchauffement climatique etc…). Pour tenter de guérir ces maux, des associations humanitaires telles que Action contre la faim, WWF, 30 millions d’amis, Amnesty international, AIDES se sont créées ; elles sont exclusivement composées de bénévoles qui ne seront donc pas rémunérés. Ils font cela par charité, pour aider, car pour eux c’est ce qu’il y a de mieux à faire. Mais, au sein de ces associations caritatives se trouvent des personnes différentes des autres bénévoles : des adolescents, pas plus âgés que nous, qui sont nés avec une vocation : aider leur prochain.

Quand j’ai appris son engagement auprès de l’organisation universelle, j’ai immédiatement voulu aborder avec lui ses motivations.

Pourquoi a-t-il, à son âge, une telle obsession pour le respect des droits de l’homme ? « J’en avais besoin. J’ai été, plus jeune pour la peine de mort, j’étais immature et stupide. Et puis j’ai étudié le problème avec objectivité et j’ai vu mon erreur. C’est une dette que j’avais envers moi-même de soutenir l’abolition universelle. Je crois que c’est l’un des combats les plus motivant, on sauve des vies, quelque part nous sommes des super-héros.« 

J’ai été chamboulé par la profondeur de sa réponse, je lui ai donc demandé :

depuis quand fournit-il son aide à l’association ;

« J’ai découvert Amnesty International par un curieux hasard, ils remettaient un prix lors du festival Poitiers Films Festivals. Nous sommes restés en contact et depuis je m’y investis ».

Une rencontre aléatoire lors d’un festival du film a permis à Lucas d’apaiser sa conscience mais …

Comment l’apaise t-il réellement ? Que fait-il pour aider Amnesty International ?

« J’ai la chance d’être jeune, je m’en sers pour sensibiliser mes camarades à cette lutte. Qu’il s’agisse d’interventions ou de travailler la communication sur la branche locale d’Amnesty International » .

Un tel investissement doit être éprouvant, surtout pour un adolescent occupé à diriger un organisme de presse lycéenne, à préparer son bac, à participer au bon déroulement des CAVL et CNVL sans parler des différents engagements de Lucas.

Aurait-il déjà eu envie de tout plaquer ? Pour vivre une vie de lycéen normal ?

 « Cela demande un investissement conséquent, c’est vrai. Mais on y rencontre des hommes soucieux du bien-être des autres, et c’est réconfortant. C’est pour moi un refuge, isolé de tous les codes de société dans lequel on peut se sentir en paix avec soi-même. »

Mon verdict : Lucas admire Amnesty International plus que tout, mais pourquoi cette organisation et pas une autre ?

« Ce que j’aime dans A.I c’est son universalité. Son combat n’est pas une cause, son combat s’étend à tous les droits humains. Je n’aurais jamais pu faire autrement. L’UNICEF par exemple, est réservé aux enfants. Et je crois que le caractère sacré de la vie humaine ne peut être réservé qu’à une partie de l’humanité. Et je me refuse d’aider quelqu’un pour, à côté, laisser tomber un autre. »

Après avoir interrogé Lucas, les motivations de ces jeunes engagés me semblent plus claires, que ce soit pour soulager sa conscience ou par pure humanité, leur vocation est respectable et ils méritent qu’on leur rende hommage, par cette rubrique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s